26 févr. 2013

Mode d'emploi de Montréal




Voici, enfin, la suite de mon guide consacré à Montréal ! Comme la première partie, ce guide s'adresse particulièrement aux nouveaux arrivants : PVTistes, travailleurs et étudiants en échange. J'aborde notamment ici les questions liées à l'hiver québécois, aux abonnements d'internet et de téléphone, aux transports etc. J'espère que vous trouverez dans cet article un maximum d'informations pour votre installation prochaine dans la belle Province. Et puis, si vous avez des questions, laissez des commentaires et je répondrai !

LIRE LA PREMIÈRE PARTIE DU GUIDE

La STM, est la société qui exploite les transports en communs à Montréal : c'est à dire le Métro et le service d'Autobus. Pour y accéder vous devez évidemment payer un ticket ou souscrire un abonnement. Actuellement, le pass mensuel au tarif ordinaire est de 77$ (57,50€).

LE MÉTRO
Il existe 4 lignes de métro : bleue, orange, verte et jaune. C'est assez peu, surtout pour une grande ville comme Montréal. D'ailleurs les habitants demandent régulièrement des prolongations de lignes. Bon. Outre cette remarque, personnellement j'aime beaucoup le métro montréalais. Déjà parce que je m'y sens en sécurité, ensuite parce qu'il est d'une utilisation enfantine. Un abonnement mensuel vous donne accès à l'ensemble des lignes de métro.

LES BUS

Le réseau est composé de 170 lignes de bus. Et de 23 lignes pendant la nuit. Les rues et les avenues quadrillent la ville, il est donc très simple de se repérer. Pour schématiser hyper simplement, un bus = une rue. C'est à dire, qu'en prenant un bus, dans 99% des cas, il remontera ou descendra la même et unique rue. Autre chose à savoir : les arrêts ne sont pas annoncés. Des fois vous pouvez tomber sur un chauffeur de bus qui indiquera à voix haute lorsque vous arriverez sur un arrêt de métro, mais ça reste exceptionnel. Les arrêts sont assez simples à repérer : en principe, les bus s'arrêtent aux croisements entre deux rues/avenues. Mais bon, le mieux si vous êtes un peu perdu : demandez au chauffeur de vous indiquer votre arrêt !
Alors déjà, la première chose qu'il faut savoir c'est qu'il n'existe pas à proprement parlé d'internet illimité. Que ce soit pour votre smartphone, ou pour votre consommation internet à la maison, vous allez payer un nombre de données (DATA) par mois. Il faudra alors veiller à ne pas dépasser ces données, sans quoi bonjour le hors forfait... Ce système me rappel celui de mon adolescence, lorsque je devais compter mon nombre d'heures passées sur MSN :D Alors oui, c'est assez surprenant, mais finalement pas très gênant si on évalue bien sa consommation internet.

TÉLÉPHONE
Plusieurs opérateurs existent, je dirais que FIDO et ROGERS sont les plus connus. Ce sont un peu nos SFR et ORANGE à la québécoise. Les forfaits sont là aussi assez surprenants, tout dépend du forfait que vous choisirez, mais il faut savoir que vous êtes souvent amenés à payer les appels entrants. La messagerie, et l'affichage des numéros sont aussi la plupart du temps des options. Régulièrement, les opérateurs font des offres, avec des forfaits plus avantageux, tenez-vous au courant !

INTERNET

Bell reste le leader du marché. Vous avez également Vidéotron, son concurrent. J'ai entendu des avis positifs (et négatifs !) sur ces deux compagnies. Personnellement je suis chez Bell et j'ai rien à redire... Après évidemment, l'important est de trouver le forfait avec le nombre de données mensuelles qui vous correspond. À savoir également pour les étudiants : en présentant un justificatif vous pouvez profiter d'offres avantageuses.

Je crois que l'hiver québécois inquiète beaucoup les français qui se préparent à l'immigration. C'était encore mon cas il y a quelques mois. Alors, je vais vite vous rassurer. En effet, même si l'hiver montréalais est assez long (environ 5 mois), il est loin d'être insurmontable. Et puis, le froid ici est sec, aucune comparaison avec notre froid français. Le plus important au Québec, est d'avoir un bon équipement, et de ne pas avoir peur d'investir. On oublie par exemple nos manteaux en laine et nos petites bottes en cuir. Pour plus d'informations, voici mon article sur les vêtements indispensables au Québec. Par ailleurs, petit point température. On entend souvent en France des conneries idioties. Du genre, qu'il fait -30° tout l'hiver à Montréal. Faux. Certes, j'ai connu plusieurs semaines à -30°, -25°, mais ça reste assez "rare". Vous allez davantage connaître des journées à -15°, -20°. Et comme je vous disais plus haut, rapport au froid sec, je préfère milles fois un -20° à Montréal, qu'un -5° français. True story.
J'ai le sentiment qu'il y a toujours quelque chose à faire à Montréal. Entre les festivals, les fêtes, et les divers événements organisés par les quartiers, on a jamais le temps de s'ennuyer. Je pense du coup que ce paragraphe se transformera pas la suite en article au complet, car il y a beaucoup trop de choses à raconter. On va dire que je vais davantage parler de mes coups de coeur du moment ! 

CINÉMA
Donc rapidement, pour les cinémas. Une petite chose à savoir, pour nous pauvres français difficilement bilingues à 100% : il est rare de trouver des cinémas qui diffusent en anglais sous titré français. Pour moi, ce fut LE gros problème en arrivant. Parce que je regarde toujours les films en version originale, mais que j'aime avoir les sous titres au cas où... Pour l'instant j'ai une adresse, un cinéma d'auteur sur Saint Laurent : Cinéma Excentris. Par ailleurs, il y a des cinémas qui proposent des films en version française, comme celui du quartier latin à Berri Uquam. C'est un fait assez "rare" pour être souligné : les montréalais étant en grande majorité bilingue, la plupart des films anglais ou américains sont donc diffusés en version originale. Pour le prix régulier, comptez environ 11$, pas de réductions pour les étudiants. Sachez aussi que les mardis, certains cinémas proposent des tarifs moitié prix. 

IDÉE SORTIE
Pour les sorties, je vais conseiller une adresse que j'adore : le bar Brouhaha. Principalement pour les "Jeudis de l'humour". Tous les jeudis, des humoristes connus ou moins connus, montent sur scène pour présenter leurs sketchs. J'adore, c'est absolument génial. Rien de tel pour s'immiscer dans la culture québécoise et passer une très bonne soirée tout en dégustant un bon plat made in Québec arrosé de bière maison. 

THE POUTINE
Enfin, mon adresse pour manger THE poutine. Alors, rien d'original, mais elle reste pour l'instant ma préférée : La Banquise bien sûre ! Mention spéciale pour celle au guacamole que j'ai adoré. C'est marrant, parce que la poutine c'est un peu le plat que les français n'aiment pas trop au premier abord. Et puis, très bizarrement, quand l'hiver s'installe, tout le monde se jette dessus ;-)



La première chose à savoir, c'est que pour bénéficier de la protection sociale et du système de santé public au Québec, il faut soit être Canadien, soit être Résident Permanent. Autrement dit, si vous êtes en PVT au Canada, vous DEVEZ souscrire à une assurance privée. Une fois assuré, vous aurez droit aux soins médicaux sur place. Pour plus d'informations, l'article de The Green Geekette est parfait.

Le Québec fait actuellement face à une pénurie de médecins importante. Les hôpitaux publiques se retrouvent alors surchargés de malades. À cause du manque de personnel, l'expression "prendre son mal en patience" n'a jamais été aussi vraie, en témoignent les fils d'attente interminables pour l'accès aux soins. Il est par ailleurs très compliqué d'avoir ce que l'on appel "un médecin de famille" au Québec (équivalents de nos médecins généralistes en France). C'est à dire que pour le moindre soucis de santé, les québécois n'ayant pas de médecin de famille, se retrouvent "obligés" d'aller directement à l'hôpital. Les honoraires des médecins de famille sont fixés librement, la consultation peut donc aller de 40 à 100$. Comme le souligne l'article de The Green Geekette, le meilleur réflexe à avoir est d'aller consulter dans une clinique privée, ou si votre état ne nécessite pas de soins urgents, appeler le 811.


Comme en France, les médicaments au Québec peuvent être vendus sans nécessiter de prescription. Vous pouvez alors vous fournir chez Jean Coutu, Pharmaprix et également dans les supermarchés type Walmart. Même si l'automédication est courante ici (rapport au manque de médecins et donc de prescriptions médicales), faîtes attention à ce que vous achetez, et aux quantités que vous absorbez. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. Hiiii la poutine au guacamole à la Banquise... Mes papilles s'en souviennent encore! Pas que ce soit mon plat préféré (faut dire qu'en plein été, c'est pas le meilleur moment), mais c'est vraiment à tester.
    Ton petit guide est très bien fait en tout cas!

    RépondreSupprimer
  2. Oui, c'est une tuerie cette poutine :-) Merci beaucoup, je suis contente que le guide te plaise !

    RépondreSupprimer
  3. Au top comme d'hab ;)
    Et un -5° avec le mistral je te raconte pas !!!

    RépondreSupprimer
  4. C'est vraiment génial toutes tes petites astuces j'adore à la folie <3

    RépondreSupprimer

Silence speaks when words can't